26 février 2021 Printer Friendly, PDF & Email

Informatique

Informatique
Focus sur la dématérialisation
clavier

Rencontre avec... Franck Lanfranchi, responsable du SITEC

SITEC1
Quelle différence y a-t-il entre numérisation et dématérialisation ?

La numérisation consiste à convertir des informations, des images imprimées et des signaux électriques en des supports numériques. C’est le passage, en fait, d’un support matériel à un support immatériel. Quand vous scannez un document, vous disposez sur votre ordinateur d’une copie sauvegardée dans un format numérique. La numérisation est le premier pas vers la transition numérique. La dématérialisation correspond au remplacement des supports d’informations matériels par des fichiers immatériels. Par exemple, le Syndicat a assuré la numérisation cadastrale de la Nièvre durant une dizaine d’années avant de créer GéoSIEEEN, son Système d’Information Géographique (SIG). Aujourd’hui, les collectivités se connectent au SIG et peuvent renseigner en temps réel les usagers sur toute parcelle.

Quels sont les avantages de la dématérialisation ?

Toute organisation peut optimiser sa gestion documentaire, grâce à la dématérialisation. Cette dernière facilite le partage de l’information. Elle permet de sécuriser également les dossiers confidentiels. Elle présente des avantages multiples tels que la réduction des coûts de stockage ; des gains de productivité grâce à l’automatisation du traitement des données ainsi qu’une meilleure gouvernance de l’information à travers la mise à disposition des documents numériques via un point d’accès unique (Internet, intranet).

Un schéma directeur des services numériques est en cours d’élaboration au SIEEEN. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Dans un premier temps, le schéma directeur des services numériques est destiné au Syndicat.  Un prestataire est chargé de faire un audit, en interne, et de présenter ses préconisations. Le SIEEEN se positionne comme un incubateur de solutions numériques, qui pourront être diffusées auprès des collectivités qui le souhaitent. Dans un deuxième temps, on étudiera les besoins de nos collectivités adhérentes afin de les aider au mieux, notamment en matière de cybersécurité.